24/11 – REIMS : Rassemblement en soutien à Fanny et Fred

au Pôle social du tribunal Judiciaire de Reims (place Myron Herrick)

En mars 2012, Arthur Bertelli et Vincent Dequin perdaient la vie ensevelis sous des tonnes de sucre au fond d’un silo de l’usine Cristal Union à Bazancourt, dans la Marne.
Près de 12 ans plus tard, l’interminable parcours judiciaire n’est toujours pas clôturé.
Ce jour-là, ce sera le volet civil, avec la demande de reconnaissance de la faute inexcusable de la chaîne d’employeurs ayant envoyé ces cordistes à la mort.
Fanny était la compagne de Vincent.
Fred est un rescapé de l’accident. Au côté d’Arthur et Vincent, il était aussi au fond du silo et s’en est sorti in-extremis.
Après avoir été condamnées pour homicides involontaires par la Cour d’appel de Reims, les sociétés Cristal Union et Carrard Services seront jugées au côté de la société SETT intérim qui était l’employeur direct des cordistes.

———————————————————
Toutes les infos sur l’accident et les suites judiciaires à lire ici : https://cordistesencolere.fr/dans-la-presse/accidents-de-travail/arthur-vincent-2012/

Des cordistes revendiquent plus de sécurité à la DGT- Bilan d’étape + tournée de recueil des doléances

Depuis bientôt un an, l’association Cordistes en colère, cordistes solidaires et le syndicat Solidarité Cordistes participent à des travaux en lien avec la direction générale du Travail (DGT). De nombreuses revendications y sont portées pour tenter d’enrayer l’hécatombe qui, année après année, continue de frapper les ouvrières et ouvriers cordistes.
Après une première série de réunions et l’amorce de certains travaux, il nous semblait important d’en rendre compte.

Un groupe de travail DGT « Travaux sur cordes »

Inscrits dans le cadre du 4e plan santé au travail du gouvernement, ces travaux sont prévus pour durer au moins jusqu’en 2025. Piloté par la DGT, un groupe de travail spécifique aux travaux sur cordes a donc commencé à se réunir depuis le printemps dernier. Au rythme d’environ une réunion tous les trois mois, une vingtaine d’organismes s’y retrouvent : l’association et le syndicat Solidarité Cordistes, pour le côté salarial ; France Travaux sur Cordes (FTC), French Rope et un groupe d’agences d’intérim, pour le côté patronal de la profession ; Irata, FTC et le Greta, pour la définition des référentiels de formation ; mais aussi des organismes préventeurs (Cnam, INRS, OPPBTP, MSA) et certaines fédérations patronales (FFB, FNTP, Capeb, UMGCCP).

Dès la première réunion du groupe de travail, en décembre 2022, à laquelle l’association était invitée, nous posions les bases de nos revendications.
Quinze points détaillés, suggérés en réponse aux nombreuses problématiques que nous rencontrons dans le métier. Parmi ces quinze points, seuls deux ne seront pas traités dans le cadre du groupe de travail DGT, car dépassant la question spécifique des travaux sur cordes (manque de moyens pour l’inspection du travail, condamnations en cas d’accident insuffisamment dissuasives). Les treize autres points ont été retenus et constituent aujourd’hui, avec quelques autres propositions, la trame principale du groupe de travail.

Continuer la lecture de « Des cordistes revendiquent plus de sécurité à la DGT- Bilan d’étape + tournée de recueil des doléances »

UN JOUR J’IRAI LÀ-HAUT – Livre disponible et tournée de présentation

Un jour, j’irai là-haut !
Éric Louis, éditions le Cordiste en colère, 2023, 80 p.
7€ en soutien à l’association (+3€ de frais de port)

« L’association Cordistes en colère cordistes solidaires, c’est la lutte au quotidien. La lutte pour de meilleures conditions de travail. La lutte pour ne pas y perdre sa santé, encore moins sa vie.
Depuis cinq ans, des dizaines de travailleuses et travailleurs cordistes nous sollicitent.
Ensemble, nous nous battons pour leurs droits.
Pour nos droits. Peut-être davantage pour la dignité. Et la justice.
Au-delà, nous menons également une lutte de classes. Une confrontation permanente avec nos patrons, étonnés de voir se dresser une poignée de prolos sur la voie royale de la rentabilité, dans ce métier en pleine expansion.
Plutôt qu’un bilan exhaustif et fastidieux, nous livrons ici quelques histoires, celles des combats de Vincent, Karine, Xavier, Jules.
Cordistes floués, blessés.
Des récits de chair et d’espoir. »

Un deuxième bouquin édité par l’association :

En 2019, paraissait Chroniques sur cordes. Le bouquin 100 % prolo.
Il s’est écoulé à plus de 1500 exemplaires.
On se promettait de réitérer l’expérience. Et puis, le covid, les luttes, nos innombrables actions, les morts qui malheureusement succèdent les unes aux autres…
Le projet a repointé le bout de son nez en tout début d’année. Et devant la charge de notre emploi du temps, a été gentiment posé sur un coin d’étagère. On verrait plus tard.
Un jour, il a rejailli. Au début de l’été. Comme une urgence. Un impératif. Avec cet objectif un peu fou : paraître à la rentrée.
Les délais ont été tenus. Les 2000 exemplaires du livre sont sont sortis des presses et nous ont été livrés début septembre. Il ne restait plus qu’à annoncer sa sortie. Voilà chose faite !

Continuer la lecture de « UN JOUR J’IRAI LÀ-HAUT – Livre disponible et tournée de présentation »

PRESSE – Un cordiste blessé en par une chute de pierre

Mercredi 8 novembre, un cordiste a été gravement blessé à la jambe par une chute de pierre sur un chantier de sécurisation de falaise.
Combien de temps encore les éboulements rocheux, dits « risques naturels » resteront appréhendés sous l’angle de la fatalité par les maîtres d’ouvrages et les entreprises de travaux sur cordes ?
Des moyens existes pour prévenir ces risques, forçons les entreprises à les mettre en œuvre.

Toutes nos pensées à ce collègue pour son rétablissement qu’on souhaite le plus rapide possible.

PRESSE – L’HUMANITÉ : À 220 mètres de haut, on ne joue pas avec la vie de ses salariés

Paru le 29 octobre 2023 dans L’Humanité

BÂTIMENT : L’entreprise Cabestan est dans le viseur de l’association Cordistes en colère cordistes solidaires, pour mauvaises conditions de travail et absence de paiements de ses intérimaires. Plusieurs cordistes témoignent.

Manque d’équipement, absence d’accès à l’eau, fin de mission précoce, erreurs importantes sur les fiches de paye… L’entreprise Cabestan récolte depuis plusieurs années la méfiance des cordistes intérimaires ayant travaillé pour elle, sur de nombreux projets.
« Ça fait des années que nous avons des remontées de salariés sur Cabestan. Cette société est connue comme le loup blanc. Les cordistes avec de l’expérience savent qu’il y a des problèmes de sécurité, que ceux qui travaillent pour eux sont méprisés », explique Grégory Molina, de l’association Cordistes en colère cordistes solidaires, suite à la publication de deux articles sur son site, concernant l’entreprise. Des problèmes de sécurité ont été largement notifiés par les intérimaires de Cabestan. Trois cordistes ayant travaillé sur le nettoyage de vitres de la tour Hekla en mai dernier pour le compte de l’entreprise ont décidé de témoigner auprès de l’Humanité.

Continuer la lecture de « PRESSE – L’HUMANITÉ : À 220 mètres de haut, on ne joue pas avec la vie de ses salariés »

Piratage de la page Facebook de l’association

Depuis dimanche 22 octobre l’administration de la page facebook de l’association n’est plus accessible par l’équipe de modération.
Des démarches sont en cours auprès de Facebook pour résoudre ce problème.
Dans l’attente, nous continuerons à faire notre travail d’information par le bais de cette page provisoire : Cordistes en colère, cordistes solidaires – page provisoire –

Continuer la lecture de « Piratage de la page Facebook de l’association »

Appel à témoignage : N’acceptons plus les pratiques comme celles de l’entreprise Cabestan !

Connue de tous les cordistes

La société Cabestan est tristement connue comme le loup blanc dans la profession de cordiste.
Peut-être l’entreprise la plus citée lorsqu’on demande aux collègues d’évoquer leurs pires expériences de travail. Tristement connue aussi pour ses multiples accidents, dont le décès d’un collègue sur un chantier en Guyane en juillet 2016.
Depuis les bientôt cinq ans d’activité de l’association, les remontées de collègues concernant cette société s’accumulent.

La première venait de Vincent, qui en 2019 avait eu l’audace de ne pas accepter la prolongation de son contrat après qu’il avait trouvé de meilleures conditions ailleurs. La réponse ne s’était pas fait attendre : blacklistage en règle de la part de l’agence d’intérim, qui avait répondu sans sourciller aux exigences d’Amancio Novais, « Dirigeant / Général / Manager » de Cabestan :

« Il va falloir faire quelque chose pour qu’ils arrêtent de mener la barque et de tenir leurs engagements [sic !], cela en va de la viabilité des entreprises.
Merci de faire le nécessaire afin de remplacer ces personnes afin que nos chantiers continuent.
Les négociations se passent en amont et non en plein milieu d’un chantier, nos engagement et nos implications ne doivent pas capoter à cause de chantage de la part de Cordistes. »

Le ton était donné, et serait systématiquement confirmé par les récits de collègues que l’association continue de recevoir année après année.

Toujours les mêmes problèmes

Plusieurs éléments caractérisent immuablement ces remontées :

Systématiquement, les collègues témoignent de chantiers réalisés exclusivement par des intérimaires, pour la plupart débutants. À se demander où sont les embauchés de cette entreprise. Rares sont les équipes comprenant un CQP 2 (CQP TC) ou équivalent. Constamment, le matériel est manquant, qu’il s’agisse d’EPI ou d’outillage. Longtemps il était systématiquement exigé aux intérimaires de fournir l’intégralité de leur propres EPI. Harnais et agrès. OK, ça c’était classique. Mais aussi : sangles, mousquetons, protège-cordes, protège-acrotère… À se demander si cette société a bien compris les subtiles différences entre les statuts d’indépendant et d’intérimaire.

Continuer la lecture de « Appel à témoignage : N’acceptons plus les pratiques comme celles de l’entreprise Cabestan ! »

Avec l’entreprise Cabestan : des conditions de travail éclatantes sur la tour Hekla.

Quelques mois avant

En février 2023, plusieurs agences d’intérim diffusaient la même annonce :

« Recherche pour son client :
6 cordistes qualifiés pour le nettoyage de vitres pour une durée de 2 mois à partir du 23 février à Puteaux. Travail de grande hauteur, 220 mètres. L’intervention consistera en une descente par jour en continu de 8 heures à 16 heures. GD : 51 €/j. Expérience et KIT nécessaires. »

À juste titre, de nombreux cordistes s’étaient immédiatement outrés de telles conditions : EPI fournis par l’intérimaire, et huit heures sans pause suspendu dans un harnais ! Il n’y a que ceux qui ne mettent jamais leur cul dans un baudard qui peuvent imposer de telles conditions…
Après les séries de commentaires incendiaires de collègues, et les mails de l’association adressés directement aux agences d’intérim concernées, ces multiples annonces disparaissaient enfin des réseaux. Six mois plus tard, on ne sait toujours pas quelle est l’entreprise utilisatrice qui s’est permis de proposer un travail à de telles conditions.

…un chantier avec Cabestan sur la Tour Hekla

Mais, dans le courant de l’été, des collègues lésés par la société Cabestan contactent l’association…
En effet, au début de mai 2023, cette société les avait missionnés sur un chantier via diverses agences d’intérim, dont notamment Actrium Évreux GTS, Menco Évreux et Ergos Cordes.
Le chantier en question consiste au nettoyage des vitres de la tour Hekla. Une tour de 220 mètres de hauteur. Située sur la commune de Puteaux, dans le quartier de la Défense… Étranges coïncidences…

Continuer la lecture de « Avec l’entreprise Cabestan : des conditions de travail éclatantes sur la tour Hekla. »

PRESSE – Dans les comptes de Thibaud, cordiste à 3 000 euros par mois : « Un job à la con où tu risques ta vie »

Au travers de cette enquête, Le Parisien donne la parole à Thibaud, un cordiste de 25 ans, afin de comprendre combien touche un cordiste. Quelle part de salaire pour quelle part de primes et indemnités, quelles dépenses, quels frais professionnels engagés, quels systèmes D pour faire des économies sur ces dépenses, que reste t’il à la fin du mois? Et le tout, pour quel travail, quels risques, quelle usure professionnelle, quelle longévité dans la profession ?
Portrait d’un cordiste, qui au travers d’un cas individuel dresse le portrait d’une profession.

Par Marie Campistron, dans le Parisien du 06/10/2023

Après avoir refusé la vie de bureau, Thibaud, 25 ans, travaille désormais suspendu à une corde, au bord des falaises et en haut des immeubles. Un travail d’ouvrier éprouvant et méconnu, parmi les plus dangereux de France.

Avant de faire le grand saut, Thibaud avait quelques images en tête. Celle d’un gars en sueur, casque vissé sur la tête, suspendu dans les airs, le long d’un building vitré. Devenir cordiste promettait une adrénaline, une « expérience physique, à part », selon ses mots. Le constat, douloureux, s’est fait très vite : la profession issue du monde du BTP, n’a rien de la carte postale. « Tu te voyais en haut de la tour Eiffel, mais la vérité, c’est que c’est rarement glorieux. Tu te retrouves à faire des trucs ingrats que personne veut faire ou que t’aurais jamais imaginé faire », résume-t-il. Par exemple ? Débroussailler un talus, sécuriser des falaises au bord de route, ou gratter le fond des silos d’usine…

Continuer la lecture de « PRESSE – Dans les comptes de Thibaud, cordiste à 3 000 euros par mois : « Un job à la con où tu risques ta vie » »

RETEX – Quels risques liés au décolmatage d’un silo de ciment ?

Après un chantier de plusieurs semaines dans un silo de ciment, un collègue a rédigé un retour d’expérience pour analyser et alerter sur certains risques mal maîtrisés. Un focus particulier y est donné aux risques d’enlisement et d’ensevelissement.
Le document propose également des mesures correctives qui ont été complétées après échanges dans son entreprise.

Avec l’accord du collègue, nous avons anonymisé ce RETEX afin de pouvoir le partager et faire bénéficier tous les cordistes de ces points d’alerte importants.
Ci-dessous, vous trouverez également d’autres documents de référence sur le risque d’enlisement / ensevelissement, sur la réglementation applicable, et notamment une illustration originale de Greg MISSUD présentant un exemple de procédure de travail en espace confiné.

Continuer la lecture de « RETEX – Quels risques liés au décolmatage d’un silo de ciment ? »